Upside Down Police
Retour aux nouvelles

Nouvelles

Application des nouvelles règles du PTET dans le contexte d'une pénurie de main-d’œuvre spécialisée.

Montréal, le 20 avril 2015 - Lettre envoyée au Ministre de l'Emploi et du Développement social, Chambre des communes à Ottawa, l'honorable Pierre Poilievre


Monsieur le ministre,
 
Une consultation extensive de nos membres du secteur des effets visuels et de l’animation révèle un fort niveau d’inquiétude relativement à la possibilité que votre ministère applique au Québec dès le 30 avril prochain les nouvelles dispositions fédérales en matière d’émission des permis de travail pour les travailleurs étrangers temporaires.
 
Le Bureau du cinéma et de la télévision du Québec est pleinement conscient que ces dispositions ont été mises en place dans le but explicite de limiter les abus constatés dans certains secteurs industriels. Nous réitérons aujourd’hui que les entreprises de la filière audiovisuelle du Québec font tout ce qui est en leur pouvoir pour favoriser l’embauche d’une main-d’œuvre canadienne. Toutefois, dans l'état actuel de croissance et des spécialisations exigées pour ces emplois, il est impossible de former rapidement les travailleurs canadiens en assez grand nombre tout en leur permettant d'acquérir suffisamment d'expérience pertinente dans le temps requis. Nous n’avons donc d'autre choix pour l'instant que d'attirer des travailleurs étrangers à titre de mesure complémentaire.Dans ce contexte, l’entrée en vigueur immédiate de ces nouvelles dispositions est susceptible d'impacter très sévèrement la croissance d’une industrie prospère et à terme, de menacer jusqu’à son existence.

Les effectifs combinés des secteurs de l’animation et des effets visuels comptent aujourd'hui plus de 2 000 emplois et devraient franchir les 2 500 emplois au cours de l’année 2015. Sur un horizon de cinq ans, on prévoit plus de 3 500 emplois.* Des emplois de qualité rappelons le, créés au Québec notamment à Montréal, entre 35 % et 45 % mieux rémunérés que la moyenne des industries et occupés par une population ayant un taux de diplomation supérieur à la moyenne. Il importe aussi de souligner que ces secteurs ont maintenu un taux de croissance soutenue de 190 %  au cours des six dernières années s’inscrivant ainsi parmi les plus performants, et ce, dans un environnement mondial des plus compétitif.
 
Actuellement, ces secteurs d’activités connaissent une pénurie de talents québécois et canadiens, pénurie due en grande partie à leur croissance remarquable au cours des six dernières années. Les talents employés par les entreprises sont mobiles et s’inscrivent dans une dynamique internationale clairement établie. Les talents suivent les projets en fonction d’enjeux techniques ambitieux et innovants et développent ainsi leur niveau d’expertise afin d’améliorer leurs compétences et à terme, prétendre aux projets de plus grande envergure.
 
 
Le Québec possède aujourd’hui une force indéniable dans ces domaines d’activités. La mobilité des talents aura permis l’émulation des uns et des autres relevant sans cesse le niveau des expertises et permettant à la main-d’œuvre québécoise et canadienne de s’illustrer, de croître et de se développer dans le contexte d’une dynamique internationale qui se déploie au-delà de toute frontière.
 
La performance des talents québécois et canadiens est d’autant plus remarquable dans cette perspective. Se priver des travailleurs étrangers, de leur réputation, de leur expertise et des retombées économiques qui leur sont associés pénaliserait à la fois le Québec et le Canada.
 
Dans ce contexte, nous vous demandons de sursoir à l’entrée en vigueur de ces dispositions pour le Québec, le temps que notre industrie puisse revenir avec des solutions permettant de maintenir l’efficacité du fonctionnement actuel et de proposer des mesures de développement durable pour les secteurs de l’animation et des effets visuels.
 
 
Je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, mes salutations les plus distinguées.
 
  
Pierre Moreau
Directeur général
Bureau du cinéma et de la télévision du Québec


* Étude  pwc -  Étude d’évaluation du potentiel du secteur des effets visuels (VFX) au Québec - 10 octobre 2014