Death Wish
Retour aux nouvelles

Nouvelles

De l’étonnement à la déception - Le BCTQ réagit au rapport Godbout

Montréal, 23 mars 2015 - Évidemment, le BCTQ salue le fait que la commission reconnaisse l’importance du crédit d’impôt à titre de soutien essentiel dans le développement du secteur culturel québécois et de son rayonnement à l’étranger.

Cela dit, au fil de la lecture du rapport, il apparait clairement que l’ensemble des enjeux propres à la filière audiovisuelle du Québec n’a pas été considéré avec le même enthousiasme. Le BCTQ déplore plusieurs recommandations de ce rapport notamment;  l’abolition à terme du crédit d’impôt pour services de production cinématographique; la disparition de la remboursabilité des crédits d’impôt pour les grandes entreprises ainsi que l’établissement d’un plafond salarial admissible.

Le BCTQ croit fermement que ces mesures sont improductives et qu’à court terme, elles  porteront un coup fatal à la compétitivité de la filière audiovisuelle du Québec tant sur les marchés locaux qu’internationaux.  Ces recommandations si adoptées mettront  en péril des milliers d’emplois spécialisés, permanents et bien rémunérés. Dans une perspective purement économique, ces recommandations envoient un message négatif auprès de potentiels investisseurs étrangers.  

De plus, ces recommandations vont complètement à contre-courant de l’étude commandée par le BCTQ qui exprime clairement que la filière audiovisuelle du Québec considérée dans son entièreté crée de la valeur en exploitant nos actifs et en faisant rayonner notre talent ici et à l’étranger. L’étude démontre également qu’il s’agit d’un véritable écosystème dont les diverses composantes se complètent et se renforcent, ce qui confère à la province une industrie dynamique, des ressources de haut niveau et un positionnement concurrentiel reconnu internationalement.

Enfin, le BCTQ demeure convaincu que le maintien et la bonification des programmes de crédits d’impôt pour le secteur de l’audiovisuel constituent un levier essentiel pour le développement de l’ensemble de la filière et pour le rayonnement du Québec à l’étranger.  Nous demeurons également persuadés que ce message porté haut et fort par de nombreux acteurs de l’industrie aura été entendu par le Gouvernement du Québec.


*Etude KMPMG-SECOR MARS 2015.  Le développement de la filière audiovisuelle du Québec : Créer de la valeur en exploitant nos actifs et en faisant rayonner notre talent ici et à l’étranger

 

-30-

Source :                                    Bureau du cinéma et de la télévision du Québec

Information :                                 Andrée Gendron
                                                     Responsable des communications
                                                     Bureau du cinéma et de la télévision du Québec
                                                     (514) 499-7070, poste  230
                                                     andree@bctq.ca